[../les2crus/semeillan.html]
[../cepage/terroir-cepage.html]
[../terroir/terroir-ecouter.html]
[./ecologie.html]
[./vendange.html]
[./vignes-vignoble.html]
[./vignes-sol.html]
[./vinification.html]
[./elevage.html]
[./chai.html]
[../fiches-techniques/fiches.html]
[../millesimes/millesime.html]
[../contact/contact.html]
[../version-anglaise/index.html]
[../infos/mentions-legales.html]
[../index.html]
[./bio.html]
[../primeurs/les-primeurs.html]
[Web Creator] [LMSOFT]

Établir un équilibre

Tout d’abord, la vigne est confiée à un sol graveleux qui existe depuis toujours et dont l’homme se doit d’en tirer les meilleures capacités. Ce sol, il le travaille, le prépare, le pétrit, mais seulement sur une fine couche arable, portant toute son attention sur l’évolution des pieds de vigne, « ceps », qui s’approprient l’espace pour mieux y vivre et mieux s’y développer pendant cinquante ans. Au gré des millésimes intervient le climat : froid, chaleur, gelées, canicule, pluies, sécheresse, qui, indépendamment de la vigne et du sol, transforme le raisin, l’améliore ou le gâte, l’assagit ou l’embellit. Enfin agit le savoir-faire patrimonial du vigneron qui vit sa vigne, surveille en détail les feuillages, la floraison, la nouaison, l’évolution des grappes. Ce mariage d’amour de l’homme et de son vignoble transpire dans cette qualité à la quelle il aspire et qu’il veut sublimer. L’équilibre naît naturellement de cette harmonie qui s’exprime, notamment, à travers notre choix de taille.

Cet amour du beau peut emmener au grand...